Categories Sports & loisirs

Je me pose toujours la question : qu’est-ce que c’est que ce phénomène, et qu’est-ce que je dois faire ? Parce que quand j’enfile ma tenue de danse, avec tout ce que ça comporte : demi-pointes et pointes, efforts et douleurs variées, j’ai souvent des ampoules aux pieds. Les professionnels de santé appellent ça une phlyctène. Vous la connaissez, cette petite bulle de liquide qui se forme sur une zone bien rougie par le frottement ? Alors j’ai essayé de comprendre.

L’ampoule, qu’est-ce que c’est ?

Bien entendu, ce n’est pas sorcier. C’est une irritation de la peau, qui peut aussi se manifester après une brûlure. Et cette peau, elle est constituée de trois couches superposées : l’épiderme (le tissu extérieur, que l’on voit), le derme et l’hypoderme. Eh bien lors d’un mouvement répété et traumatisant pour la peau, l’épiderme se décolle du derme. C’est une blessure en quelque sorte. Et pour protéger la zone abîmée, un petit coussin de liquide se forme sous le petit coin d’épiderme mort.

Soigner l’ampoule

Il y a plusieurs recettes. Déjà, lorsqu’on est sujet aux ampoules, notamment parce que la danse traumatise toujours un peu les pieds, on conseille de prévenir plutôt que de laisser venir la lésion. Le mieux est de glisser des sparadrap dans son sac de danse et en disposer sur les zones sollicitées.

Si le mal est fait et que l’ampoule est petite, autant la laisser disparaître d’elle-même. On la protège avec un pansement que l’on retire la nuit, afin qu’elle sèche et que l’épiderme meurtrit tombe pour laisser la place à une couche toute neuve.

Si l’ampoule est trop grosse et douloureuse, alors il convient de la percer. Mais pour éviter les infections, on se lave bien les mains et on utilise une aiguille stérilisée pour percer la bulle en deux endroits. On vide le liquide sans arracher la pellicule de peau pour barrer la route aux bactéries et aux éventuels contacts, puis on désinfecte. Si on a un pansement “seconde peau” sous la main (style Compeed), on se dépêche de l’utiliser. Il atténuera la douleur lorsque vous continuerez de danser et facilitera la cicatrisation. Sinon, on procède à l’ancienne : pansement le jour et air libre la nuit, toujours pour faire sécher la plaie.